Menu Fermer

Sur notre chemin de parents nous avons besoin de prendre du temps pour nous, nous sentir écouter, prendre du recul, nous informer et échanger, nous autoriser à ajuster pour parvenir à être plus authentique et créatif dans la relation à nos enfants, en considérant l’importance du lien, en prendre soin, le nourrir.

Il nous arrive parfois de nous sentir démuni face à nos enfants et certains de leurs comportements, nous traversons des périodes de fatigue et de découragement, où nous ne savons parfois plus quoi faire pour améliorer la relation et le quotidien.

Dans mon approche le soutien à la parentalité se propose comme un accompagnement bienveillant, chaleureux et convivial, dont le but est de nous permettre d’être plus en accord avec nous-même et de gagner en confiance en notre capacité à accompagner nos enfants. 

La Parentalité bienveillante et Créative qui nourrit ma posture est une parentalité consciente, joyeuse et aimante. Un concept qui se repose sur les dernières recherches en neurosciences, les acquis de la psychologie positive, la communication non-violente, la théorie de l’attachement, et ce que nous savons aujourd’hui sur les mécanismes émotionnels des enfants et des adultes.« Être parents peut donc devenir une passion. Accompagner un enfant est un véritable privilège, un défi captivant qui mobilise le meilleur de nous-même, et nous amène à récupérer de la vitalité et de la joie de vivre. Les remises en questions qui ne cessent de s’imposer nous poussent à aller toujours plus loin, à en apprendre toujours plus sur nous-même… »extrait d’Une nouvelle autorité sans punition ni fessée, Catherine Dumonteil-Kremer

Les cinq secrets de la Parentalité Créative

Dans la marmite bouillonnante d’idées de Catherine Dumonteil-Kremer a surgi, sous la forme d’une activité proposée par Pascale Thoby consultante en parentalité à Brest, une inspiration nouvelle pour comprendre ce qu’est la Parentalité Créative ! Pascale avait posé au centre du groupe un cube casse-tête bien connu : le Rubik’s cube, elle tenait alors la métaphore parfaite…

Secret 1

Chacun a exprimé ce qu’il voyait réellement de l’objet, et a donc décrit la couleur de la face visible de sa place, ou des arêtes et des angles du célèbre casse-tête. Cela m’a rappelé que chaque situation problématique avec nos enfants est unique, et que souvent, seule une petite partie du problème est visible. Nous voyons uniquement les manifestations émotionnelles souvent dues à une difficulté que nous ignorons, en particulier quand notre enfant a moins de 8 ans, car il a moins de possibilités d’exprimer clairement ce qu’il a vécu et ce qu’il ressent. Quand nous décidons de prendre du recul nous comprenons infiniment mieux ce qui nous désarçonne parfois. Ses refus, ses colères et ses chagrins ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Secret 2

Tout le monde dans notre groupe avait eu une expérience avec le Rubik’s cube. Et cette expérience avait laissé une trace en nous, elle semblait influencer très fortement notre approche de ce jeu énigmatique. Certains étaient repoussés, d’autres curieux ou intrigués. Le simple fait d’avoir été un enfant modifie la perception que nous avons de notre propre enfant. Nous avons vécu avec des parents plus ou moins compréhensifs, comblant nos besoins à leur façon, cela a laissé une empreinte en nous qui déforme bien souvent notre regard sur les comportements et les attentes que nous avons en tant que parent.

Secret 3

« Je déteste les casse-tête, quand j’en vois un je prends la direction opposée, je suis découragée avant d’avoir commencé ». C’est ce que pourrait dire une de mes amies proches. Tout comme cela se passe avec nos enfants, nous aimerions avoir la solution, mais c’est bien plus compliqué que cela n’en a l’air. Chercher des outils pour y arriver, et les utiliser, oui… C’est un premier pas et parfois nous l’avons franchi. Nous connaissons des outils pour faire face aux problèmes relationnels. Mais il arrive que le casse-tête s’avère bien plus coriace que prévu… Et parfois les outils ne correspondent pas aux situations que nous vivons, et il arrive même qu’ils nous déconnectent de notre enfant.

Secret 4

Et si nous commencions à considérer chaque situation avec notre enfant comme une sorte de casse-tête particulier. Après tout il nous suffit de réfléchir, de mettre de l’enthousiasme dans la relation, d’écouter ce que notre cœur et notre créativité proposent. Et souvent la solution trouvée est inattendue et très efficace. De plus notre enfant est une source de propositions innovantes quand nous pensons à le solliciter ! Mais notre tribu peut aussi partager ses idées et ses outils faits maison. C’est une démarche en somme ! Et elle donne beaucoup de satisfaction !

Secret 5

Vivre avec notre enfant nous permet de mieux nous connaître, de récupérer beaucoup de vitalité et de joie de vivre. La joie, et la bonne humeur nous aident à passer les étapes complexes de la vie de famille avec confiance, à être plus aimant et plus créatif.